Lors d’une exécution du concerto de Mozart K314, Leonard Bernstein le remarque et s’écrie en l’entendant jouer l’adagio : «C’est Pan lui-même!».
Suite à cette rencontre artistique, Leonard Bernstein composera une cadence pour Jean Ferrandis. Après avoir obtenu le Premier Prix à l’unanimité dans la classe de Maxence Larrieu au Conservatoire National
Supérieur de Lyon en 1985, Jean Ferrandis sera successivement lauréat des concours internationaux «Maria Canals» de Barcelone en 1982, «Young Concert Artists» de New York en 1985, et la même année à Munich. En 1986 ilse voit attribuer le Grand Prix du Concours International de flûte du «Printemps de Pragues».


En 1998 il a été élu «Artiste en résidence» au Lotos de New York. Suivront alors de nombreux concerts à travers l’Europe, l’Asie et l’Amérique du Nord, où il joue en récital, en musique de chambre ou en soliste avec orchestre dans les salles les plus prestigieuses telles que La Salle Pleyel et le Théâtre des Champs-Elysées à Paris, le Vigado de Budapest, Alice Tully Hall à New York, le Taïpei Arts Center, le Palais de la Musique à Barcelone, Hamarikiu Hall de Tokyo, Venise, sous la direction de Leonard Bernstein, Tibor Varga, Laurent Petitgirard, ou encore Yoram David. Il est également invité à participer à de nombreux festivals, citons parmi eux «Lanaudière» au Canada, «Sion», le «Printemps de Budapest», le «Midem» de Cannes et le Festival «Berlioz».

Jean Ferrandis se produit en musique de chambre avec des artistes d’exception tels que Jean-Philippe Collard, Henri Demarquette, Ivry Gitlis, Jean-Marc Luisada, Emile
Naoumoff, Marielle Nordmann, Gérard Poulet, Caroline Sageman, Dominique de Williencourt. Il mène également une carrière de chef d’orchestre avec des ensembles tels que
la Camerata de Saint-Petersbourg ou l’Orchestre de chambre Saint-Christophe de Vilnius.

Ses enregistrements incluent des oeuvres de Honneger et D’Indy, ainsi que l’Intégrale des Concertos de Mozart avec Marie-Pierre Langlamet (Harpe Solo du Berliner Philharmonik). Il a réalisé un CD des «Sonatines» et «Arpeggione» de Schubert avec le pianiste Emile Naoumoff pour le label La Follia Madrigal ainsi que l’intégrale des concerti de C.Ph.E Bach avec l’Orchestre de chambre Saint-
Christophe de Vilnius. Avec le même orchestre, l’oeuvre complète pour flûte de Yuko Uebayashi.

Parallèlement à son activité de concertiste, il est professeur à l’Ecole Normale Supérieure de Paris. Il donne régulièrement des Master Classes en Europe, au Japon, en Corée et aux Etats-Unis, où il enseigne dans des universités comme Juilliard School, Rice University, Texas, et Bloomington, Indiana. En 2009, Jean Ferrandis sera successivement invité aux conventions des flûte de New York, Tokyo et Adelaide (Australie).

Pour en savoir plus, cliquez ici