Slide background

image-cercleLiszt est selon moi davantage qu’un grand génie de la musique, fût-il encore méconnu et réduit hélas la plupart du temps à quelques clichés simplistes, voire fallacieux – tel celui de roi des pianistes, quand il fut plutôt le roi des artistes.

Liszt est un phare tourné vers l’infini et un démiurge dont les valeurs convoquent les nôtres et les mesurent. Il est le grand phénomène de la musique romantique par son envergure et sa puissance visionnaire qui traversent le siècle.

Oublions un temps l’interprète planétaire avant l’heure, inventant la forme solaire du récital et faisant rayonner à travers elle les musiques de ses contemporains ; oublions aussi le compositeur aux formes poétiques si ouvertes, fréquentant passionnément les autres arts pour fertiliser le sien ; oublions encore le chef d’orchestre à l’attitude révolutionnaire et l’enseignant de légende dispensant gracieusement son savoir ; oublions enfin l’écrivain poète et iconoclaste brocardant à l’envi les critiques et les bourgeois assoupis de l’époque …

Certes, ces facettes magnifiques, cette profusion incomparable demandent à être appréciées à leur juste valeur — connaît-on ainsi aujourd’hui les profondeurs bouleversantes de sa musique religieuse ou les splendeurs raffinées de ses nombreux lieder ?

Mais ce que j’aimerais louer avant tout en ces temps obscurs, c’est l’homme de cœur incomparable offrant d’innombrables concerts de bienfaisance, ou le messager formidable, véritable tzigane de l’âme portant infatigablement la bonne parole musicale à travers l’Europe.

La mission de l’artiste, écrit-il à 24 ans, est « d’exprimer, de manifester, d’élever et de diviniser le sentiment humanitaire sous tous ses aspects ». Paroles de beauté, paroles d’humanité, les deux se confondant chez Liszt dans un même credo. Pour aimer, il faut essaimer, nous dit Liszt, c’est-à-dire rendre le don qui nous a été fait en le multipliant à notre tour.

Lamartine déclarait au cours d’un toast porté à l’honneur de Liszt : « Ce n’est pas son génie que je vous propose aujourd’hui de saluer ; c’est sa bonté, sa prodigalité de bienfaisance envers les classes souffrantes de ce peuple, qu’il aime, et qu’il va chercher dans ses infirmités et dans ses misères, pour lui porter en secret la dîme de son talent, la dîme de sa propre vie, car il met de sa vie dans son talent. » Soyons honorés aujourd’hui de servir cet homme qui servit si généreusement les hommes de son temps.

En 1835, Liszt réclamait comme condition préalable à la formation de l’artiste « l’amélioration de l’être humain ». Presque 180 ans plus tard, formons le vœu qu’il soit enfin entendu.

 Jean-Yves Clément

Directeur artistique des Lisztomanias de Châteauroux
Commissaire général de l’Année Liszt en France (2011)
Auteur de Franz Liszt ou La Dispersion magnifique (éd. Actes Sud, 2011)


Eléments constitutifs

Afin de permettre l’accès de tous à la beauté et au choc esthétique, les Lisztomanias ont une politique de prix bas pour des programmes de très haute qualité.

Issu des échanges Franz Liszt, George Sand et Marie d’Agoult rassemblés à Nohant au printemps 1837,les Lisztomanias restent proches du Berry et de la littérature.

berryvignetteoffre_cdt362-tfinal-les-lisztomanias

masterclass

Le festival de Châteauroux : grands concerts le soir, concerts d’après-midi, spectacles littéraires et musicaux, conférences, exposition, café-concerts, regroupés la dernière semaine d’octobre.

L’« Académie Liszt® » pour jeunes virtuoses se réunit à Paris, au printemps, à l’Institut Hongrois et à Châteauroux fin octobre, lors du festival. Ces master classes sont dirigées par Giovanni Bellucci dont les talents de pédagogue et le message artistique et spirituel sont un privilège.



Une action de sensibilisation est menée auprès des jeunes : sensibilisation à la réalité du romantisme par l’enseignement : primaires collèges et lycées ; ateliers pédagogiques ; réductions tarifaires lors du festival ; ouverture aux jeunes grâce à l’action de la Caisse d’Epargne.

concerto in sala
berryvignetteoffre_lisztomanias-f-legris-spelle-2

Depuis 2002, les Lisztomanias de Châteauroux développent chaque année fin octobre, la puissance de l’humanisme romantique autour de l’un des aspects de la vie et de l’œuvre de Franz Liszt, musicien le plus ouvert sur le monde, génie multiple, européen avant l’heure, esprit cosmopolite de portée universelle : « la mission des artistes est d’exprimer, de manifester, d’élever et de diviniser en quelque sorte le sentiment humanitaire sous tous ses aspects » (F. Liszt, 1835).
D’année en année, des liens se tissent autour des festivaliers de Châteauroux et d’autres villes (Paris, Budapest) avec le projet de rejoindre les capitales du romantisme culturel européen (Rome, Budapest, Weimar, Vienne, Genève, lac de Côme…).