Retour programmation
Lisztomanias de Châteauroux
Concert
Concert "Une soirée chez Clara Schumann"
Concert littéraire Liszt, Viardot, Schumann, Clara Schumann
Équinoxe, Scène nationale

Date et réservation

3 juin 2023
17h
27€-22€
Réservation le 29/08

À propos

Quatuor Akilone / Caroline Sageman, piano / Delphine Haidan, mezzo-soprano / Julie Depardieu, récitante (textes de George Sand et Marie d’Agoult sur Liszt)

 

Julie Depardieu

Passionnée de cinéma, Julie Depardieu débute dans les coulisses en faisant divers stages techniques dès l’âge de 15 ans, mais c’est plus tard que Josée Dayan la fait passer derrière la caméra. Quelques années après, son rôle dans La Petite Lili de Claude Miller lui vaut une double consécration aux César : celle de la Meilleure actrice dans un second rôle et celle de Meilleur espoir féminin. Toujours sous le regard de Claude Miller, elle obtient un troisième César : meilleure actrice dans un second rôle pour Un secret en 2008.

Devenue une des comédiennes les plus en vue de sa génération, Julie Depardieu est sollicitée par André Techiné dans ses Témoins. Elle passe ensuite du drame familial, à la comédie romantique en passant par le polar social, sans oublier le succès de sa reprise de « Born to be alive » pour la BO du film Poltergay. Elle apparaît dans Rush Hour 3 et dans les Femmes de l’ombre et joue également son propre rôle dans le troisième long-métrage de Maïwenn Le Besco : Le Bal des actrices.

En 2014, Julie Depardieu est très remarquée dans le drame Les Yeux jaunes des crocodiles de Cécile Telerman. De 2016 à 2020, elle joue le rôle d’Agnès dans la saga à trois volets initié par « C’est quoi cette famille ?! » de Gabriel Julien-Lafferrière. Depuis 2018, elle incarne le médecin légiste dans la série Alexandra Ehle diffusée sur France 3.

En 2021, Julie Depardieu est à l’affiche de Zaï zaï zaï zaï de François Desagnat. On la retrouvera enfin prochainement dans « Les secrets de la princesse de Cadignan, adapté de la nouvelle éponyme de Balzac, réalisé par Arielle Dombasle.

On ne peut résumer la carrière de Julie Depardieu sans mentionner son lien étroit avec la scène, avec de nombreuses apparitions au théâtre dans des adaptations classiques et contemporaines (Balzac, Molière, Dubillard) aux cotés de grands metteurs en scène comme Michel Fau, ou Salomé Lellouch, qui lui vaudront plusieurs nominations aux Molières.

Passionnée de musique classique, elle met en scène Les contes d’Hoffman d’Offenbach et mettra en scène en février 2024 La flûte enchantée, adaptée pour les enfants (Une petite flûte) au Théâtre des Champs-Elysées. Elle a plusieurs années durant tenu une chronique musicale sur France Musique. Elle participe régulièrement à des lectures musicales dans divers concerts et festivals. Elle a d’ailleurs fait la tournée de Misia Sert : « Reine de Paris », où elle est accompagnée de la flûtiste Juliette Hurel et la pianiste Hélène Couvert.

 

Caroline Sageman

Eduquée à la maison, elle grandit entre les valses de Chopin par Rubinstein et les leçons de piano de Denyse Rivière, elle-même disciple de Marcel Ciampi et professeur de Jean-Marc Luisada.

A neuf ans, elle remporte le premier prix du Royaume de la Musique qui la conduit sur la scène de la Salle Pleyel à Paris. Le public découvre alors une image sidérante : une blonde et minuscule gamine, les pieds ballants au- dessus des pédales du piano, tient tête à l’Orchestre Philharmonique de Radio France dans le Concerto en ré majeur de Haydn. 

A l’instar de Claudio Arrau, qui ne tardera pas à suivre avec bienveillance le développement de cette artiste singulière, d’autres maîtres croiseront la route de Caroline Sageman : Germaine Mounier et son infatigable générosité, Milosz Magin, Hubert Guillard et bien sûr Merces De Silva Telles, l’une des rares élèves d’Arrau.

A dix-sept ans, seule, et contre l’avis de tous, elle prépare le Concours Chopin de Varsovie. Bridée par le trac, elle remporte le sixième prix de ce concours tant redouté et demeure, à ce jour, la plus jeune lauréate de toute l’histoire du concours Chopin.

Ensuite, Caroline Sageman joue beaucoup, en Italie, au Japon… et découvre les joies de la musique de chambre. Avant de s’accorder un peu de temps pour entrer dans l’âge adulte, pour découvrir Johnny Hallyday, l’art culinaire et les grands vins. 

En mai 2000, son premier disque Chopin chez Lyrinx est celui d’un grand maître. Puis elle enregistre la Sonate de Liszt qui confirme aux oreilles de tous qu’elle est une personnalité unique dans le monde du piano. Cela tombe bien car Caroline Sageman, plus que jamais entièrement dévouée à son art, est désormais prête à la carrière conforme à son immense talent et sa personnalité hors norme.» Arièle Buteaux

Invitée régulière de grands festivals (La Roque d’Anthéron, Festival Chopin à Paris, La Folle Journée de Nantes, Nohant Festival Chopin…) ou de grandes scènes (La Criée à Marseille), Caroline Sageman aime les aventures moins conventionnelles, ou tout simplement aller à la rencontre des autres.

Enthousiasmée par les voyages et la découverte de nouvelles cultures, elle a donné en 2010 une série de concerts pour le réseau des Alliances Françaises aux Caraïbes et aux Etats-Unis.

L’un de ses plus beaux projets reste ce spectacle créé en 2015 avec Patrick Bruel, mettant en avant les textes d’Alfred de Musset sur la musique de Frédéric Chopin.

Passionnée par la pédagogie et la transmission, elle est l’assistante de Jean-Marc Luisada à L’Ecole Alfred Cortot à Paris et a une classe de piano au Conservatoire du Blanc-Mesnil. Elle donne régulièrement des master-classes.

Caroline Sageman a enregistré ses dernières années pour le label Lyrinx les Polonaises de Chopin, la sonate de Liszt, les sonates pour Piano et Violon de Beethoven avec le violoniste David Galoustov, ainsi qu’un disque de Trios Russes, avec David Galoustov et la violoncelliste Maja Bogdanovic.

Elle prépare son nouvel enregistrement qui sera consacré à Moussorgski, Liszt et Ravel.

 

Delphine Haidan

Delphine Haidan est une artiste accomplie dont la carrière se partage entre l’opéra et le récital. C’est ainsi qu’elle a participé à de nombreuses productions à l’Opéra de Paris, parmi lesquelles on peut citer Carmen (Mercedes), Les Contes d’Hoffmann (La Muse-Nicklausse), Don Giovanni (Zerlina), L’Enfant et les Sortilèges (La Chatte – l’Ecureuil).

On a également pu l’entendre au Théâtre des Champs-Élysées, à l’Opéra Comique, au Capitole de Toulouse, au Grand Théâtre de Bordeaux, à l’Opéra National du Rhin, et au Grand Théâtre de Tours.

Sa carrière s’est parallèlement développée à l’étranger : Festival de Glyndebourne, Musikverein et Konzerthaus de Vienne, Maestranza de Séville, Royal Albert Hall de Londres, Dresde, Tel-Aviv, Lisbonne, Barcelone, Gand, Anvers, Bruxelles, Rotterdam, Edimbourg, Glasgow, Moscou, Tokyo et Bogota et récemment Seattle et la Scala de Milan.

Parmi ses récents engagements, citons Madame Butterfly (Suzuki) à Tours et Avignon, La Vie Parisienne (Metella) à Strasbourg, Les Contes d’Hoffmann (La Muse et Nicklausse) à Zurich, La Damnation de Faust (Marguerite) à Moscou, Ariane et Barbe Bleue (La Nourrice) à la Salle Pleyel et à l’Auditorium de Dijon, Geneviève dans Pelléas et Mélisande à Tokyo et dernièrement L’Enfant et les Sortilèges (la Mère , la Tasse chinoise et la Libellule) à la Scala de Milan avec Marc Minkovski et à Seattle avec le Seattle Symphonic Orchestra sous la direction de Ludovic Morlot, et Iolanta (Marta) de Tchaikovsky et Hippolyte dans Le Songe d’une Nuit d’Été de Britten.

Elle a travaillé avec des chefs tels que Michel Plasson, James Conlon, Neeme Jarvi, John Nelson, Ivor Bolton, Myung-Whun Chung, Kent Nagano, Jesus Lopez Cobos, Emmanuel Krivine, Vladimir Fedosseiev, Edo de Waart, Christophe Rousset, Emmanuelle Haim, William Christie, Charles Dutoit, Alain Lombard, Nikolaus Harnoncourt, Christian Arming et Ludovic Morlot.

En concert, elle a récemment chanté le Requiem de Mozart à la Philharmonie de Paris, Le Miroir de Jésus d’André Caplet à Notre-Dame de Paris avec l’Orchestre Philharmonique et la Maîtrise de Radio France dirigés par Sofi Janin, La Neuvième Symphonie de Beethoven et La Petite Messe Solennelle de Rossini au Corum de Montpellier, L’Enfance du Christ à Nantes et à Moscou sous la direction de Vladimir Fedossieiv. Elle a aussi chanté Les Nuits d’Été au Festival de l’Epau, ainsi que Shéhérazade de Ravel, Le Poème de l’Amour et de la Mer et Le Chant de la Terre.

Plus récemment, elle a donné plusieurs récitals dont le Musée d’Orsay, les Wesendonk Lieder aux Nuits Romantiques du Bourget avec l’Orchestre de Baden Baden, le Requiem de Mozart à l’Arsenal de Metz et aux Invalides et les Kindertotenlieder avec l’Ensemble Appasionato sous la direction de Mathieu Herzog, la 3ème de Mahler à la Philharmonie de Paris et La Damnation de Faust à l’Opéra de Kiev.

Delphine Haidan est titulaire d’une maîtrise de musicologie à la Sorbonne, d’un Prix au CNSM de Paris et de nombreux prix de différents concours internationaux.

Nommée aux Victoires de la Musique, elle a participé à plusieurs disques, dont Lakmé paru chez Emi sous la direction de Michel Plasson, et Carmen enregistré pour Decca avec Myung-Whun Chung.

Parmi ses projets, notons entre autres des concerts Offenbach avec l’Orchestre de la Nouvelle Aquitaine, les Wesendonklieder avec l’Orchestre de Caen sous la direction de Deborah Waldmann , Le Songe d’une Nuit d’Été de Mendelsohnn à Genève, avec l’Orchestre de la Suisse Romande et de nombreux récitals.

Delphine Haidan est marraine vocale et administratrice de l’Association Music’O Séniors.

 

Quatuor Akilone

Le Quatuor Akilone est le fruit d’une aventure musicale et humaine née en 2011, à Paris.

Guidées au sein de l’ECMA (European Chamber Music Academy) par Hatto Beyerle, les quatre musiciennes ont pour inspirateurs d’éminents chambristes comme Vladimir Mendelssohn, Johannes Meissl, Mathieu Herzog et Patrick Jüdt, les quatuors Ebène et Rosamunde.

Lauréat du Premier Grand Prix et du Prix Proquartet-CEMC du 8e Concours International de Quatuor à cordes de Bordeaux en 2016, le Quatuor Akilone s’est fait remarquer sur la scène européenne et internationale par son jeu subtil et coloré, nourri par une grande diversité stylistique. Il est présent dans les plus grandes salles en France et à l’étranger : Munetsugu Hall à Nagoya, Wigmore Hall à Londres, Teatro Comunale de Treviso, Philharmonie de Paris, Muziekgebouw d’Amsterdam et d’Eindhoven, Liszt Academy à Budapest… Présent en Italie, le quatuor participe au projet Le Dimore del Quartetto. Il s’est déjà produit aux côtés de musiciens émérites tels Tabea Zimmermann, Jérôme Pernoo, David Walter, Sharon Kam, Pavel Gililov et Jean François Heisser.

Le Quatuor Akilone défend une approche poétique du répertoire. La compositrice chinoise Xu Yi leur dédie l’œuvre Aquilone Lontano, inspirée du nom du quatuor — « le cerf-volant » en italien — métaphore de la correspondance entre ciel et terre. La création mondiale de l’œuvre a lieu à la Philharmonie de Paris en février 2018.

La même année, le Quatuor Akilone signe son premier enregistrement consacré à Haydn, Mozart et Schubert, sous le label Mirare. En 2019, Un film documentaire lui est consacré « A quatre ou rien », réalisé par Chloé Perlemuter.

Animé par l’envie de tisser un lien complice avec l’auditeur, le quatuor s’ouvre à tout type de public à travers des collaborations fidèles avec Les Concerts de Poche et Musethica. L’ensemble s’attache à questionner et renouveler la forme du concert, notamment à travers sa résidence au GMEA d’Albi, avec la collaboration du pianiste improvisateur Denis Badault et du luthier Jérôme Désigaud.

Le Quatuor Akilone est particulièrement sensible aux problématiques environnementales et porte une attention quotidienne à l’empreinte écologique de son ensemble. Les musiciennes sont ambassadrices de la gamme Planet de Despiau Chevalets, qui œuvre pour une utilisation plus raisonnée et éco-responsable du bois.

Le Quatuor Akilone est, depuis 2022, en résidence à la Fondation Singer-Polignac.

Magdalēna Geka, Premier violon, joue un Alessandro Gagliano 1734 généreusement mis à sa disposition par l’Anima Music Foundation.

Avec le soutien / le partenariat de
Le même jour
22
octobre
13h30-16h30
Chapelle des Rédemptoristes / Auditorium Franz Liszt
Académie d'interprétation
Académie Liszt

Avec Mila Gostijanovic, Anna Ojiro, Alexandra Stychkina

22
octobre
11h
Chapelle des Rédemptoristes / Auditorium Franz Liszt
Récital
Béatrice Berrut

Récital Liszt et Schumann

Béatrice Berrut, piano